• EnglishEnglish
  • Humanités Environnementales

    Responsables scientifiques :  Marion Amalric (CITERES) et Didier Boisseuil (CETHIS)

    Axe scientifique 2018-2023 2024-2028

    Depuis 2022, l’axe « humanités environnementales » de la MSH Val de Loire est conçu comme un forum, où celles et ceux qui s’intéressent à l’environnement (dans un sens très large) dans les domaines des sciences humaines et sociales principalement, peuvent se rencontrer, échanger, discuter afin de mieux connaître les approches, les problématiques propres à chaque champ disciplinaire et dépasser, dans un cadre collectif, les difficultés qu’ils peuvent rencontrer pour mener à bien et élargir leurs travaux.

    L’objectif initial est de fédérer, autour d’un objet commun, une communauté de chercheurs de Tours et d’Orléans.

    Trois axes sont retenus pour ce faire :

    • Structurer une liste de diffusion qui rende visible les informations, les initiatives concernant les humanités environnementales à l’échelle des deux universités de la Région CVL, voire au-delà. Les collègues sont invités à s’inscrire sur cette liste. Les annonces pertinentes y seront relayées régulièrement.
    • Organiser deux ou trois rencontres par an, des rencontres intitulées « Un certain regard des SHS sur… », qui prendront la forme d’ateliers ou de séminaires (avec un invité), autour d’un sujet susceptible d’intéresser une large partie de notre communauté, en partant de thèmes de recherche communs ou de réflexions épistémologiques portées par les collègues de Tours et d’Orléans. Les séances seront accessibles en mode hybride, de façon à permettre au plus grand nombre de les suivre et seront retransmises en direct. Leur annonce sera relayée sur le réseau des MSH et plus largement dans les communautés universitaires. Les membres de l’axe peuvent suggérer des thèmes et se prononcer sur les propositions existantes, dans le sondage dédié.
    • Soutenir du point de vue logistique ou financier les initiatives portées par des collègues d’Orléans et de Tours concernant l’approche de l’environnement par les SHS.

    Tous les personnels de recherche, quel que soit leur statut, intéressés par ce champ et les approches humaines et sociales sont conviés à rejoindre l’axe « humanités environnementales », en particulier les doctorantes et doctorants.

    Didier Boisseuil  didier.boisseuil(at)univ-tours.fr
    Marion Amalric  marion.amalric(at)univ-tours.fr

    S’abonner

    Pour suivre les activités de l’axe Humanités environnementales, vous pouvez vous abonner à la liste de diffusion de l’axe.

    Séminaires de l’axe

    Explorer les transitions écologiques en humanités environnementales

    L’injonction actuelle est à promouvoir, organiser, réaliser la transition sociale et écologique, mais à quoi renvoie cette notion de transition écologique ?
    Elle apparaît assez tardivement – notamment sous la plume de Rob Hopkins1 – et implique un passage, un mouvement d’un état vers un autre, d’une société qui entretiendrait alors des relations différentes avec son environnement. Elle est surtout désormais étroitement associée à la notion de « transition énergétique » (la volonté manifeste de promouvoir un nouveau mode de production et de consommation d’énergie). Toutefois, il apparaît que de semblables changements ne se décrètent pas facilement, qu’ils sont le fruit d’aménagements progressifs et localisés2. L’usage abondant, par exemple, des énergies fossiles au cours des siècles derniers n’a jamais vraiment fait disparaître les sources plus traditionnelles et « l’histoire de l’énergie n’est pas celle de transitions, mais celle d’additions successives de nouvelles sources d’énergie primaire3 ».
    En sorte que si l’on veut explorer la notion de transition écologique, il convient de considérer des évolutions, d’apprécier la temporalité des phénomènes, de considérer les avants et les après, les dynamiques voulues, subies ou contraintes et de tenir compte de facteurs multiples, qu’ils soient induits par les sociétés ou non.
    Les transitions auxquelles les pouvoirs publics appellent peuvent-elles être écologiques ? Doivent-elles être écologiques et sociales ? Une transition se décide-t-elle ? Au nom de quoi ? En quoi se différencie-t-elle d’une évolution ou d’un développement ? En quoi ces perspectives de transitions écologiques et sociales se distinguent-elles de celle de développement durable ? Dans quelles perspectives les humanités, les lettres, les sciences sociales se placent-elles de nos jours pour penser ces problématiques ?
    Quelles pratiques, représentations, valeurs sont étudiées, quelles données sont recueillies, quels corpus littéraires ou juridiques permettent de concevoir la notion de transition à l’aune des différentes disciplines ?

    L’objectif de ce cycle est de réfléchir à la manière dont les sciences humaines et sociales observent et qualifient les transitions (qu’elles soient écologiques ou non) avec quel vocabulaire et quels outils conceptuels, selon quels schèmes interpréta;fs théoriques et de proposer des pistes sur la manière dont elles les interprètent (quelle forme artistique, culturelle, esthétique et quel sens social, poli;que, idéologique leur donner) ?

    1 Hopkins Rob, Manuel de Transi-on : de la dépendance au pétrole à la résilience locale (trad. de l’anglais), Montréal/Escalquens, Les Éditions écosociété, 2010.
    2 Mathis Charles-François, Massard-Guibaud Geneviève (eds.), Sous le soleil. Systèmes et transi-ons énergé-ques du Moyen Âge à nos jours, Paris, Sorbonne, 2019.
    3 Fressoz Jean-Baptiste, « Pour une histoire désorientée de l’énergie ». 25èmes Journées Scientifiques de l’Environnement – L’économie verte en question, Feb 2014, Créteil, France. hal-0095644

     

    2 février 2024, Tours
    Ouverture du cycle de réflexion

    22 mars 2024, Orléans
    Geneviève Pierre
    (CEDETE, Univ Orléans) : Le gaspillage alimentaire : intérêt d’une approche à sensibilité territoriale
    Point sur la programmation à venir

    24 mai 2024, Tours
    Delphine Corteel
    (CITERES, Univ Tours) : La réduction des déchets à l’aune de la notion de transition
    Geneviève Guetemme (REMELICE, Univ Orléans) : Art « environnemental » : un signal d’alerte

    5 juillet 2024, Tours
    Jean-Baptiste Fressoz
    (EHESS) sur son ouvrage Sans transition (Seuil)
    Fabienne Labelle (IRJI, Univ Tours) : Vulnérabilités issues des risques transitionnels pour les personnes privées : physiques et/ou morales

    Construire les récits autour de l’environnement : discours, pratiques et mise en récit des problématiques environnementales et écologiques en sciences humaines et sociales

    En savoir plus