Didon se sacrifiant d’Étienne Jodelle

Auteur : Charlotte Bonnet, Anne Boutet, Christine de Buzon et Élise Gauthier (dir.)
Éditeur : Presses universitaires François-Rabelais
Date de publication : février 2015
Laboratoire : CESR – UMR 7323
 

De l’œuvre tragique d’Étienne Jodelle (1532-1573), seules deux pièces nous sont parvenues. Cléopâtre captive, première tragédie en français représentée en France, reçut un triomphe lors de sa représentation devant le roi en 1553. Didon se sacrifiant, composée et jouée vers le milieu des années 1550, annonce par son titre un sujet élevé mais profane et un fort intertexte virgilien. Ce titre fait aussi écho à celui d’une tragédie sacrée, Abraham sacrifiant (1550) de Théodore de Bèze, représentée à Lausanne.

Pour Jodelle, le sacrifice de Didon, auquel Énée aurait consenti au nom de la religion et des intérêts supérieurs de l’empire romain à fonder, n’allait pas de soi. Dans cette première tragédie reprenant le mythe de Didon et d’Énée, l’acuité de la réinterprétation du jeune dramaturge s’appuie ainsi sur l’héritage épique, mais aussi sur une haute conception de la parole et sur un langage poétique capable d’énoncer avec force, voire violence, les passions, les raisons et la déraison.
Les deux tragédies de Jodelle n’ont été publiées que par ses amis, l’année qui suivit sa mort, dans les Œuvres et Meslanges poetiques de 1574, mais leur influence sur la tragédie en français dans les années mêmes de sa création fut considérable.

Voir aussi : prĂ©sentation sur le site de l’Ă©diteur.