[Journée d’étude] Traduction de la poésie grecque à la Renaissance

Date : 02/06/2021
Lieu : CESR et visioconférence
Réponse attendue avant le :  28/02/2021

Cette journée d’étude, organisée par le CESR, est envisagée comme l’occasion d’une rencontre entre jeunes chercheurs (master/doctorants) et chercheurs aguerris. Elle peut intéresser particulièrement les jeunes chercheurs désireux de confronter leurs travaux au regard critique de leurs aînés.

Née de la rencontre entre les préoccupations d’un séminaire de traductologie des langues anciennes de l’École normale supérieure de Paris et l’activité habituelle de recherche du Centre d’études supérieures de la Renaissance de Tours, cette entreprise souhaite mettre l’accent sur les enjeux traductologiques à l’œuvre dans la pratique de la traduction à la Renaissance. Suivant Antoine Berman qui voit en Nicole Oresme et Jacques Amyot les deux pères fondateurs de la tradition de la traduction française, il nous a paru opportun de considérer ce que fait le traducteur au moment même où l’effort de traduction de la littérature profane en France, mais plus généralement en Europe, atteint une intensité particulière. Mais, alors que les œuvres des prosateurs ou des philosophes ont fait l’objet d’études déjà nombreuses, il nous a semblé qu’étudier la traduction des poètes grecs à la Renaissance pourrait faire l’objet de réflexions neuves et fécondes. Loin de nous limiter aux perspectives philologiques « pures », il nous a paru souhaitable d’ouvrir nos réflexions à la variété des approches herméneutiques couvrant le champ des études traductologiques. Entre transposition, transmission et trahison, c’est la tâche du traducteur, au premier chef, qui nous intéressera.

Appel à communication

Consulter l’appel à communication

Propositions à envoyer pour le 28 février 2021