Monnaie et finance

Responsable scientifique : Françoise Le Quéré

Arrow graph going down

Présentation :

Il existe à Orléans, comme à Tours, une concentration exceptionnelle de spécialistes en monnaie et finance : plusieurs historiens travaillent sur les monnaies grecques, romaines, gauloises et médiévales ; plusieurs économistes se sont spécialisés en histoire financière, évolution des systèmes et des intermédiaires financiers, de leur réglementation… L’axe Monnaie et finance de la MSH VdL est le point de rencontre de chercheurs travaillant sur ces thèmes et appartenant à des équipes de Tours et d’Orléans.
UMR 7323 – Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance (CESR)
EA 6298 – Centre Tourangeau d’HIstoire et d’étude des Sources (CeTHiS)
UMR 5060 – Institut de Recherche sur les ArchéoMATériaux (IRAMAT)
FRE 2014 – Laboratoire d’Économie d’Orléans (LEO)

Objectifs de l’axe :

L’objectif de l’axe est d’encourager l’interdisciplinarité entre ces différents chercheurs. Dans cette perspective, nous organisons depuis 2013 des ateliers de recherche qui ont pour fonction de rapprocher les laboratoires qui font de la recherche de discipline différente, mais de thématiques communes ou proches. L’histoire alimente des questions étudiées en finance et en monnaie ; à l’inverse les sujets abordés par les économistes peuvent s’enrichir des travaux réalisés par des historiens. L’objectif est donc de croiser ces regards sur de mêmes thématiques et de proposer des recherches menées avec des outils ou des méthodes complémentaires.

Questions en débat :

Plusieurs directions sont empruntées pour aborder les thèmes de recherche en monnaie et en finance. Les travaux en monnaie s’intéressent aux questions induites par la circulation monétaire et analysent les liens entre autorité politique et monnaie (composition métallique, contrôle de l’émission, représentations de la monnaie, politique monétaire)

  • Autorité politique et monnaie : la composition métallique des monnaies permet de mesurer le degré de contrôle des émissions par l’autorité politique.
  • La circulation monétaire : les phénomènes de circulation monétaire font également appel au développement d’enquêtes sur les agents monétaires, les responsables d’ateliers et changeurs, comme à l’époque médiévale, mais aussi sur les pratiques et les représentations de la monnaie.
  • Les métaux monétaires : les recherches menées sur l’arrivée des métaux américains pour lesquels des éléments rares fonctionnent comme traceurs permettent de mesurer la proportion de ces métaux neufs dans la masse monétaire et par conséquent l’influence de ces métaux sur le fonctionnement de l’économie européenne. Cette approche est à l’arrière‐plan de nombreuses enquêtes sur l’or, l’argent et les alliages cuivreux antiques et médiévaux.
  • Études numismatiques : les analyses physiques combinées aux sources historiques permettent d’ajuster le classement des émissions, leur lieu et leur date de fabrication. On peut alors définir de véritables politiques monétaires, dans un cadre économique et politique plus large.
  • Analyse des politiques monétaires contemporaines, des comportements des banques centrales
  • Évolution des formes de la monnaie (de la monnaie métallique aux formes dématérialisées, monnaies virtuelles….)

Les travaux en finance prolongent d’une certaine façon, la problématique précédente. Les travaux vont de la microéconomie (théorie des contrats et de la réglementation) à la macroéconomie monétaire et financière, en passant par des analyses ciblées en finance de marché.

  • Finance de marché : travaux en finance historique, travaux portant sur l’intégration internationale des marchés financiers, sur les comportements des intermédiaires en information incomplète et des acteurs de la gestion déléguée…
  • Systèmes financiers, institutions, croissance et développement : étudier la question de l’origine des différences entre systèmes financiers et leur incidence sur la croissance économique.
  • La gouvernance et la réglementation des systèmes financiers (dysfonctionnements et évolutions des marchés financiers (bulles de prix d’actifs, crises, apparition de nouveaux acteurs de l’intermédiation) et évolutions réglementaires et prudentielles.
  • Analyse des systèmes bancaires et des comportements des agents non bancaires (fonds assurance-vie).

Les travaux précédents s’enrichissent de réflexions théoriques portant sur l’Histoire de la pensée monétaire et financière conduits dans le cadre des séminaires PHILEO (philosophie, histoire et pensées économiques).