Vivre dans l’informel dans la Tunisie actuelle : entre évolution des rapports entre pouvoirs publics et habitants des quartiers non réglementaires du Grand-Tunis […]

Vivre dans l’informel dans la Tunisie actuelle : entre évolution des rapports  entre pouvoirs publics et habitants des quartiers non réglementaires du Grand Tunis et mobilisation des « art de faire »

Porteur de projet :

Cyrine JENDOUBI, CITERES, UMR 7324

Année de l’appel :

2022

Ma thèse porte sur l’étude des dynamiques sociales dans les quartiers non réglementaires du Grand-Tunis en Tunisie dans le contexte « post révolution », tout en analysant l’évolution des rapports entre les habitants et les pouvoirs publics. L’accent sera mis en particulier sur la manière dont ces rapports influencent les ressources de ces territoires (exemple les réseaux de sociabilités, les mobilisations collectives…).
En travaillant sur les quartiers non réglementaires de Tunis, j’ai opté pour une approche qui s’appuie sur un travail empirique et des enquêtes de terrain qui demandent un important investissement. L’objectif du projet est de rester proche du terrain de recherche afin de réaliser un dernier volet d’enquêtes avec des habitants de ces quartiers et des acteurs publics de l’urbanisme en Tunisie tels que des responsables de l’agence de réhabilitation et de rénovation urbaine qui prend en charge le projet de régularisation et de réhabilitation d’un quartier sur lequel je travaille (quartier Sidi Amor à Raoued situé au nord de la Capitale Tunis). En outre, au cours de ce projet, je serai amenée à présenter mon travail de recherche et les résultats obtenus dans le cadre de séminaires ou colloque tels que le Forum international des sciences humaines et sociales Insaniyyat qui aura lieu en Septembre 2022 à Tunis et d’autres évènements scientifiques tels que les séminaires organisés par l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC).

Projet financé à hauteur de 1000€