Déchirer, dévorer, dépenser en Grèce ancienne

Porteur de projet: 
Jocelyne PEIGNEY, Centre Tourangeau d'Histoire et d'Etude des Sources (CeTHiS) - EA 6298
Partenaires: 

Formes et Représentations en Linguistique et Littérature (FoReLL) - EA 3816

Année de l'Appel à projet: 
2013

Le projet consiste en la préparation par le CeTHiS, équipe coordinatrice, à Tours, et le FoReLL, à Poitiers, d'une publication collective : Déchirer, dévorer, dépenser en Grèce ancienne. La conception d'une dépense-perte, destruction, consommation, dont témoigne le vocabulaire grec, persiste en Grèce jusqu'au IVe siècle, si l'on considère les seules périodes archaïque et classique. À côté des analyses qui replacent dapanè, la « dépense », dans le contexte de l'histoire du don et de la dépense ostentatoire, aussi bien dans la vie civique que dans les théories politiques anciennes, à côté de celles qui traitent de la question de l'économie antique et de la conception des revenus, l'enquête linguistique sur dapanao ou analisko montre qu'il y a place encore pour l'étude du sens de ces termes, affectés à la « dépense » et parfois détachés du domaine matériel, et de leurs emplois, pour l'étude des métaphores de la consommation, enfin pour l'étude de la dépense-consommation dans la conception ou la description du vivant, de la vie de cité, de la guerre, perspective dont les travaux menés sur Thucydide par L. Kallet ont montré la fécondité. C'est là explorer un contexte large de représentations, pour revenir aux réflexions de Xénophon ou à Platon. La préparation de ce projet, sur un an, demande l'organisation de deux journées d'étude, à la fin de 2013 et en 2014, qui réuniront des chercheurs français et étrangers de plusieurs disciplines, spécialistes, en littérature, de genres et d'auteurs différents.

 
00:00