Projets dont la MSH Val de Loire est partenaire

Vous trouverez ci-dessous la liste des projets pour lesquels la MSH Val de Loire est engagée en tant que partenaires. Classés par années, ils sont consultables en déroulant les différents menus.

2018
COWORK-CVL

COWORK-CVL – Espaces de coworking : les conditions d’un dĂ©veloppement urbain et rural soutenable

Porteur : Divya Leducq (MaĂ®tre de confĂ©rences, CITERES – UMR 7324)
Partenaires du projet : VALLOREM (EA 6296),  MSH Val de Loire (USR 3501), Laboratoire Territoires, Villes, Environnement et Société (TVES – Université de Lille) (59), Laboratoire Aménagement Economie et Transport (LAET – Université de Lyon -CNRS) (69), Université du Québec (UQAM) (Montréal), Ecole Supérieur d’Aménagement du Territoire et de Développement régional (ESAD) (45), Université MC GILL (Montréal), Université à distance du Québec (TELUQ) (Montréal), Villes au Carré Val de Loire (V2) (37), GIP RECIA – REgion Centre interActive (45)

Ce projet est soutenu par la RĂ©gion Centre- Val de Loire (dans le cadre d’un Appel Ă  Projet RĂ©gional 2018-2021). L’espace de la RĂ©gion Centre-Val de Loire constitue un laboratoire d’observation particulièrement intĂ©ressant pour Ă©tudier les espaces de coworking (ECW) : leur nombre est en effet passĂ© de 2 en 2013 Ă  22 en 2017 et de nombreux projets sont en Ă©mergence. Afin de contribuer utilement Ă  la structuration de l’innovation dans le cadre des transitions Ă©conomiques, numĂ©riques et environnementales, le projet “Espaces de coworking : les conditions d’un dĂ©veloppement urbain et rural soutenable” (COWORK-CVL) s’attachera Ă  croiser l’expertise des acteurs locaux, des opĂ©rateurs rĂ©gionaux et des milieux de la recherche. Le projet COWORK-CVL est original car il  questionne et articule plusieurs questions vives dans diffĂ©rents secteurs des politiques rĂ©gionales. En effet, les espaces de coworking (ECW) sont rĂ©vĂ©lateurs d’une dynamique Ă©conomique lourde d’enjeux pour la RĂ©gion, en termes (i) de dĂ©veloppement Ă©conomique et industriel futur (ancrage et formation des ressources humaines, soutien Ă  l’innovation), (ii) d’armature et de maillage territorial (villes et espaces ruraux) et (iii) de dĂ©veloppement durable des territoires (mobilitĂ©s, rĂ©gĂ©nĂ©ration spatiale des quartiers). Le projet COWORK-CVL propose aussi une entrĂ©e de gĂ©ographie Ă©conomique qui permet de rejoindre les compĂ©tences d’amĂ©nagement du territoire de la RĂ©gion, rĂ©cemment amplifiĂ©es par la loi NOTRe. Enfin, par le consortium constituĂ© et les problĂ©matiques opĂ©rationnelles soulevĂ©es, le projet COWORK-CVL constitue un outil d’Ă©clairage et d’aide Ă  la dĂ©cision pour les politiques publiques en RĂ©gion Centre-Val de Loire.

La MSH analyse, dans notre rĂ©gion peu urbanisĂ©e, l’Ă©mergence de ces nouvelles structures Ă©conomiques apparues dans les grandes mĂ©tropoles mondiales. La cartographie et les mĂ©thodes statistiques sont mobilisĂ©es pour recenser ces lieux en collaboration avec le GIP RĂ©cia (service rĂ©gional impliquĂ© dans l’animation des nouveaux usages des outils numĂ©riques), les dĂ©crire et analyser leur localisation. La MSH coordonne cette tâche par le recrutement d’un ingĂ©nieur sur un contrat de 3 mois et l’encadrement d’un Ă©tudiant stagiaire.

VITRAIL

VITRAIL – Le vitrail Ă  la Renaissance en RĂ©gion Centre-Val de Loire

Porteur : Pascale Charron (MaĂ®tre de confĂ©rences, CESR– UMR 7323)
Partenaires du projet :  MSH Val de Loire (USR 3501), Centre d’Expertise et de Transfert Universitaire ILIAD3 (CETU ILIAD3 – UniversitĂ© de Tours), Centre AndrĂ© Chastel (CNRS), Service Patrimoine Inventaire Centre-Val de Loire (SPI) (45), Direction RĂ©gionale des Affaires Culturelles (DRAC) (45), Centre International du Vitrail (CIV) (28), MusĂ©e du Berry (18),
Association Rencontres avec le Patrimoine Religieux (ARPR) (36)

Ce projet est soutenu par la RĂ©gion Centre- Val de Loire (dans le cadre d’un Appel Ă  Projet RĂ©gional 2018-2021). Si le vitrail Ă  la Renaissance a fait l’objet d’Ă©tudes monographiques rĂ©centes sur des foyers majeurs (Chartres, Troyes, Normandie), le Val de Loire n’a pas encore Ă©tĂ© pris dans cet Ă©lan alors qu’il conserve un corpus important, tĂ©moin essentiel de la peinture monumentale religieuse de la première modernitĂ©. A l’aube de l’annĂ©e 2019 qui sera consacrĂ©e Ă  la Renaissance en RĂ©gion Centre-Val de Loire, cet ensemble de verrières des XVe et XVIe siècles (plus de 150 sites recensĂ©s) mĂ©rite d’ĂŞtre rĂ©habilitĂ© et mis en lumière. De nombreuses institutions nationales et rĂ©gionales (Corpus Vitrearum-Centre Chastel, Inventaire, DRAC, Centre International du vitrail, MusĂ©e du Berry) et associations rĂ©gionales (CAOA, SAT,  Rencontre avec le Patrimoine religieux) s’associent dans un projet commun pour Ă©tudier et valoriser ces Ĺ“uvres. IntĂ©grĂ© Ă  la dynamique du programme ARD Intelligence des Patrimoines (I-Pat), ce projet a pour ambition d’approfondir l’Ă©tude de ces verrières selon une mĂ©thodologie exhaustive croisant la recherche en archives et sur le terrain Ă  partir des Ĺ“uvres elles-mĂŞmes. L’ensemble des donnĂ©es produites sera versĂ©, en prioritĂ©, dans la plateforme de donnĂ©es hĂ©tĂ©rogènes I-Pat, qui intĂ©grera la base de donnĂ©es ARVIVA (CESR), ainsi que dans la base Gertrude de l’Inventaire, dans la perspective que les deux bases puissent Ă  terme ĂŞtre interopĂ©rables. Ce projet ambitieux donnera lieu Ă  de nombreuses actions de valorisation scientifique et grand public innovantes (web-doc,  gĂ©olocalisation interactive, restitution 3D Ă  points d’intĂ©rĂŞt).

2017
AGIRE

AGIRE : Actions collectives, engagements de proximité et gestion des déchets en région Centre-Val de Loire

Porteur : Patrice MelĂ© (Enseignant-chercheur, CITERES – UMR 7324)
Partenaires du projet : MSH Val de Loire (USR 3501), Agence de l’Environnement et de la maîtrise de l’Energie (ADEME) (45), Agglopolys (41), Touraine propre Syndicat d’étude (37)

freepik.com

Soutenu par la RĂ©gion Centre- Val de Loire (dans le cadre d’un Appel Ă  Projet RĂ©gional 2017-2020), le projet AGIRE a pour objectif d’Ă©tudier le rĂ´le des actions collectives et des engagements de proximitĂ© dans la mise en Ĺ“uvre des objectifs de la politique rĂ©gionale de gestion des dĂ©chets mĂ©nagers. Le questionnement se focalise sur le rĂ´le des acteurs collectifs dans la  prĂ©vention et la rĂ©duction des dĂ©chets, sur leur capacitĂ© à  impliquer la population, et Ă  participer Ă  la construction d’un contexte de confiance vis-Ă -vis des politiques publiques. Les porteurs du projet souhaitent tester deux hypothèses directement en lien avec les politiques rĂ©gionales que l’on peut formuler ainsi :

  • Une meilleure connaissance des collectifs existants et de leur rĂ´le peut contribuer Ă  mieux ancrer territorialement les actions publiques dans le domaine des dĂ©chets
  • Les effets des mesures de prĂ©vention, de rĂ©duction et l’acceptabilitĂ© de la localisation des infrastructures de gestion des dĂ©chets dĂ©pendent en partie de leur capacitĂ© Ă  construire des dispositifs d’interface avec les acteurs collectifs.
RECEPTIONS

RECEPTIONS : Réseaux de l’Économie Collaborative et Pratiques Touristiques Innovantes

Porteur : Nicolas Oppenchaim (Maître de conférences, CITERES UMR7324)
Partenaires du projet : CITERES ( UMR 7324), CETU – ETIcS, MSH Val de Loire, Office de Tourisme de Tours Val de Loire, Agence DĂ©partementale du Tourisme 37, Observatoire de l’Économie et des Territoires de Touraine, Institut EuropĂ©en d’Histoire et Culture de l’Alimentation, ComitĂ© RĂ©gional du Tourisme Centre – Val de Loire, CommunautĂ© d’AgglomĂ©ration de Tours

Soutenu par la RĂ©gion Centre- Val de Loire (dans le cadre d’un Appel Ă  Projet RĂ©gional 2017-2020), le projet RECEPTIONS a pour objectif d’étudier l’impact des nouvelles pratiques dans le champ touristique, comme le dĂ©veloppement des plate-formes collaboratives d’hĂ©bergement (couchsurfing, airbnb) ou l’intĂ©gration des habitants dans l’accueil (greeters), sur les acteurs et les circuits traditionnels du secteur de l’hospitalitĂ©. Le projet s’inscrit dans le programme ARD “Intelligence du Patrimoine” et vise Ă  mieux comprendre l’influence de ces nouvelles pratiques sur l’expĂ©rience touristique des personnes accueillies. Ă€ cette fin, la possible remise en cause, par les outils issus de l’économie numĂ©rique, des circuits traditionnels de prescription de l’expĂ©rience touristique que sont les guides papiers ou encore les offices du tourisme, sera interrogĂ©e. Une cartographie de l’ensemble de l’offre d’hĂ©bergement Ă  destination des touristes le long du couloir ligĂ©rien entre Blois et Tours, sera rĂ©alisĂ©e afin d’étudier une possible transformation de la gĂ©ographie de l’accueil et des lieux de visites.

La MSH Val de Loire est associĂ©e au relevĂ© des offres d’hĂ©bergements proposĂ©es par les plate-formes de l’Économie Collaborative. La comparaison de la gĂ©ographie de cette nouvelle offre avec l’offre d’hĂ©bergement traditionnelle, devra permettre d’Ă©valuer les recompositions spatiales Ă  l’œuvre impulsĂ©es par les pratiques touristiques d’aujourd’hui.

WATER-Pondi

WATEr Risk Assessment in Pondichéry

Porteur : Marc Desmet (Professeur, GEHCO, EA 6293)
Partenaires du projet : LEO (FRE 2014), CITERES (UMR 7324), MSH Val de Loire (USR 3501), Direction Eau, Environnement et Ecotechnologies (D3E – BRGM), Groupe de Recherche en Matériaux, microélectronique, Acoustique et Nanotechnologies (GREMAN), Institut Français de Pondichéry (IFP), National Geophysical Research Institute (NGRI) (Inde), Géo-Hyd (45), RIVE (37), Centre Sciences (45), Center for Water Ressources (CWR) – Anna University (Inde)

Projet soutenu par la RĂ©gion Centre-Val de Loire (dans le cadre d’un Appel Ă  Projet RĂ©gional 2017-2020). Comme toutes les villes indiennes soumises Ă  un rĂ©gime de mousson et Ă  une accĂ©lĂ©ration de la densification urbaine, PondichĂ©ry est caractĂ©risĂ©e par des infrastructures en eau potable ne permettant plus de rĂ©pondre durablement Ă  la demande de la population ; d’autre part, les rejets d’eaux usĂ©es non traitĂ©es contaminent l’ensemble du cycle de l’eau. On constate qu’il n’existe pas d’Ă©tude scientifique intĂ©grĂ©e et pluridisciplinaire permettant de fournir un cadre prĂ©liminaire de l’Ă©tat actuel de la ressource et de la qualitĂ© des eaux de surface et des eaux souterraines : le projet WATER-Pondi est donc destinĂ© Ă  prĂ©ciser le fonctionnement du cycle de l’eau sur le territoire de la ville de PondichĂ©ry et ses enjeux en terme de politique publique. Ce projet permettra de dresser cet Ă©tat des lieux qui sera limitĂ© Ă  un secteur de forte pression humaine de la frange urbaine. Ce projet implique des Ă©quipes de gĂ©ologues, Ă©conomistes, gĂ©ographes, sociologues, modĂ©lisateurs et des spĂ©cialistes de la mĂ©trologie environnementale. Il s’inscrit dans le cadre d’un très large programme de l’Agence Française de DĂ©veloppement (AFD) pour la rĂ©habilitation des infrastructures pondichĂ©riennes liĂ©es Ă  l’eau.

New Tech New TeAch

New Tech New TeAch : Vers des pédagogies numériques émergentes

Porteur : Christine FAUVELLE-AYMAR (Enseignante en sciences Ă©conomiques, IRJI EA 7496 et chargĂ©e de mission « Valorisation des projets pĂ©dagogie numĂ©rique » Ă  l’UniversitĂ© de Tours)

L’université de Tours est une université de taille humaine (28000 étudiants), multi-sites, et pluridisciplinaire. Toutes les disciplines y sont enseignées et ses formations et plusieurs unités de recherche ont permis l’établissement de nombreux partenariats.
Le projet New TeAch doit ĂŞtre l’un des moteurs du dĂ©ploiement du numĂ©rique dans toutes les formations de l’universitĂ©. L’objectif est de mettre en place une universitĂ© inversĂ©e c’est-Ă -dire une universitĂ© oĂą les Ă©tudiants se retrouvent initiateurs de la transformation pĂ©dagogique.
Ce projet s’appuie sur le fait que, dans le cadre de la révolution numérique, les étudiants d’aujourd’hui ont des attentes de modes d’apprentissage inédits. Ils sont prêts à acquérir des connaissances et s’initier à de nouvelles compétences en produisant des contenus numériques.
De leur côté, les enseignants sont nombreux à souhaiter s’engager dans des projets pédagogiques innovants en s’appuyant sur l’outil numérique, et sont particulièrement demandeurs d’un accompagnement pour mener à bien ces projets.
Le calendrier est tout particulièrement favorable à la mise en oeuvre du projet New Tech New TeAch, puisque la refonte de l’offre de formation est actuellement en plein chantier, et a pour objectif de mettre en oeuvre une modularisation des formations qui permettra une individualisation des parcours, une spécialisation progressive, des facilités de réorientation et, à terme, une meilleure articulation avec la formation tout au long de la vie.
Ce contexte et leur combinaison sont la meilleure garantie pour une véritable transformation pédagogique par le numérique à l’université de Tours.

Projet ANR (juin 2017 – Juin 2020)

Site New Teach

2016
ATMOCE

ATMOCE : L’atelier monétaire gaulois de Cenabum. Production des bronzes carnutes, IIe-Ier s. av. n.è.

Porteur : Sylvia Nieto-Pelletier (chargée de recherche CNRS, IRAMAT-CEB)
Partenaires du projet : IRAMAT-CEB (UMR 5060), Inrap, PĂ´le d’archĂ©ologie de la Ville d’OrlĂ©ans, CITERES-LAT (UMR 7324), CEMHTI – (UPR 3079), Bibliothèque nationale de France, dĂ©partement des Monnaies, mĂ©dailles et antiques,  CETHIS (EA 6298), MSH Val de Loire (USR 3501), ARCHEA

Soutenu par la RĂ©gion Centre-Val de Loire (dans le cadre d’un Appel Ă  Projet RĂ©gional 2016-2019) le projet ATMOCE repose sur l’Ă©tude hautement pluridisciplinaire de l’atelier monĂ©taire gaulois d’OrlĂ©ans, dans toutes ses composantes, afin de caractĂ©riser le plus finement possible cette structure de production et d’apporter un Ă©clairage nouveau Ă  notre connaissance des ateliers monĂ©taires gaulois. Les investigations sont Ă©largies aux sites orlĂ©anais ayant livrĂ© du mobilier gaulois et au territoire des Carnutes. Il s’agit de rassembler et confronter des donnĂ©es numismatiques, archĂ©ologiques, archĂ©omĂ©triques et spatiales afin de comprendre et prĂ©ciser la production monĂ©taire en bronze chez les Carnutes aux IIe et Ier siècles av. n.è.

La MSH Val de Loire assure le développement de la base de données qui intègre les résultats des analyses des monnaies et résidus métalliques et la création du site internet du projet.

> Voir la présentation du projet sur le carnet de recherche de la BnF

RENUMAR

RENUMAR : REssources NUMĂ©riques pour l’Ă©dition des Archives de la Renaissance – De minute en minute 2.0

Responsables de projet : Florence Alazard & David Rivaud
Partenaires du projet : CESR (UMR 7323), Archives Municipales de Tours, Archives DĂ©partementales 37, Archives DĂ©partementales 18, Archives Municipales d’Amboise, MSH Val de Loire (USR 3501)

Soutenu par la Région Centre-Val de Loire (dans le cadre d’un Appel à Projet Régional 2016-2019), le projet RENUMAR (REssources NUMériques pour l’édition des Archives de la Renaissance) a pour ambition d’élargir le champ documentaire de la base « De minute en minute » qui présente, depuis 2007, plus de 10 000 transcriptions et/ou descriptions d’actes notariés tourangeaux ou parisiens des XVe et XVIe siècles et de créer un espace d’édition en ligne répondant aux exigences de l’édition scientifique.

La MSH Val de Loire assure la finalisation de la base, la mise en place de l’interface d’interrogation et de consultation (XTF) et le suivi technique.

> Voir la plateforme RENUMAR

2014
BINS (COEUR)

Croissance, Optimisation, Économie, Urbanisation, Réseau

Porteur : Athanasios BATAKIS (MaĂ®tre de confĂ©rences – MAPMO, UMR 7013)
Partenaires du projet : LEO (FRE 2014), CITERES (UMR 7324), MSH Val de Loire (USR 3501)

Soutenu par la RĂ©gion Centre-Val de Loire (dans le cadre d’un Appel Ă  Projet RĂ©gional 2014-2017), ce projet regroupe des expertises des diffĂ©rents domaines (MathĂ©matiques, GĂ©ographie, ÉconomĂ©trie, AmĂ©nagement) dans le but d’Ă©tudier, simuler et comprendre la dynamique et l’Ă©volution des rĂ©seaux Ă©conomiques et urbains de la rĂ©gion Centre. Ce projet s’inscrit dans la continuitĂ© du projet TRUC et de son rĂ©el succès, portant sur la  modĂ©lisation de la croissance d’une ville de taille moyenne (Montargis) qui apporte une nouvelle comprĂ©hension des mĂ©canismes rythmant la  croissance des villes et des Ă©changes entre agglomĂ©rations. Faisant le pari de l’universalitĂ© des thĂ©ories avancĂ©es, le projet BINS (COEUR) croise les diffĂ©rentes sciences en y ajoutant le volet Ă©conomique pour prolonger l’étude au niveau rĂ©gional et proposer un modèle de croissance urbaine en rĂ©gion Centre offrant la possibilitĂ© de simuler les flux et les Ă©changes engendrĂ©s.

La MSH collabore Ă  la phase de diagnostic territorial en collaboration avec les partenaires du projet. Elle assure le soutien technique en matière d’acquisition de l’information gĂ©ographique et de sa mise en forme adaptĂ©e aux besoins de la modĂ©lisation et des hypothèses de dĂ©veloppement territorial de la simulation.

Publication : Jean-Marc Zaninetti, Dominique Andrieu. L’Ă©talement rĂ©sidentiel des mĂ©tropoles intermĂ©diaires de la rĂ©gion Centre Val de Loire. M@ppemonde, Maison de la gĂ©ographie, 2018

2012
CUMUSI

Cubiculum Musicae

Porteur : Xavier BISARO (CESR, UMR 7323)
Partenaires :  MSH Val de Loire (USR 3501), Château Royal de Blois (41),  Domaine régional de Chaumont (41), Ensemble Doulce Mémoire (37), Ensemble Diabolus in Musica (37), Catopsys (63), Mission Val-de-Loire (37)

Le Cubiculum musicae (« Chambre de musique ») est un équipement permettant la simulation sonore et visuelle de performances musicales historiques. Il prend la forme d’un volume clos et auto-porté accueillant une dizaine de personnes. Les faces intérieures de cet espace sont utilisées comme écrans de projection, et un dispositif multipiste de diffusion sonore est inséré dans ses parois. Par ce biais, les spectateurs évoluent virtuellement dans un site historique reconstitué au sein duquel une action musicale est en train de se dérouler. Les « mouvements »
des spectateurs et ceux des protagonistes de cette action sont suggérés par l’évolution des images projetées, ainsi que par la variation et la circulation des sons sur l’ensemble du dispositif de diffusion.
Les prestations de la Cubiculum musicae sont destinées à répondre en priorité aux attentes d’établissements culturels et patrimoniaux désireux d’offrir à leurs visiteurs une approche innovante de l’histoire de leurs sites.

SERVEUR

Services rendus par les espaces verts urbains

Porteur : Jean Louis YENGUE (CITERES, UMR 7324)
Partenaires : Centre d’Étude sur les Territoires et de l’Environnement – CEDETE (UniversitĂ© d’OrlĂ©ans), MSH Val de Loire,  CNRS),  institut de Recherche sur la Biologie,  IRBI (UMR 7261), GERCIE, I STO (CNRS – UniversitĂ© d’OrlĂ©ans), CETU INNOPHYT (UniversitĂ© François, Rabelais de Tours), Institut de Recherche en Innovation et Science de l’Entreprise – IRISE (75), Ville de Blois (41), Ville de Bourges (18), Ville de Chartres (28),  Ville de Châteauroux (36), Ville d’OrlĂ©ans (45), Ville de Tours (37)

SERVEUR ambitionne, dans un contexte urbain, d’identifier les retombées des espaces non imperméabilisés, aussi bien pour la population que pour les collectivités. Le travail se focalisera en priorité sur les bois urbains, les jardins ouvriers et les parcs d’agrément, et sur deux grandes catégories des services écosystémiques, à savoir les services d’approvisionnement et les services culturels. Les 6 chefs lieux de département de la région seront les terrains d’expérimentation, auxquels seront associés 2 autres villes référentes : Hanovre (Allemagne) et Ceceres (Espagne). Ce projet se positionne, d’une part, sur le champ de la recherche appliquée car il associera des les premières taches les différents services des espaces verts pour coller au plus près de leurs préoccupations. Les résultats attendus seront alors environnementaux, sociaux et juridiques. D’autre part ce travail se veut aussi exploratoire car l’un des objectifs est d’initier une démarche reproductible pour caractériser et évaluer les retombées socio-économiques des espaces urbains en croisant dans un modèle mathématique les approches économiques, environnementales et sociales. Cette recherche-action, fortement ancrée dans la  pluridisciplinarité, s’appuie sur un réseau déjà constitué (projet de recherche national GESSOL dont le financement couvrira une partie de SERVEUR) qui rassemble des géographes, aménageurs, écologues, sociologues et juristes, auxquels s’ajouteront des économistes, des
mathématiciens et des géologues.

La MSH a participe Ă  la caractĂ©risation gĂ©ographique et spatiale des espaces verts dans les six prĂ©fectures de la rĂ©gion Centre-Val de Loire. Elle coordonne et encadre les stagaires et un ingĂ©nieur recrutĂ© en contrat pour la conception de la base de donnĂ©es, l’acquisition et l’analyse des donnĂ©es spatiales. La MSH crĂ©Ă© et met en ligne le site Internet pour la diffusion des informations Ă  la communautĂ© scientifique et en interne pour les partenaires du projet.

Publication :
Pin B., Yengué J.-Y., Andrieu D., Servain S., Génin A., 2013 « Analyse multicritères de la diversité des espaces verts, approche méthodologique et décryptage fonctionnel : le cas du schéma de cohérence territoriale de Tours (Indre-et-Loire) », in Soumagne J. sous la dir., 2013 « Nature et composition urbaine », 137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours, 2012, 125 p.

2011
TERMICENTRE

Les Termites en Région Centre : Impact socio-économique d’une invasion biologique

Porteur : Anne-Geneviève BAGNERES-URBANY (IRBI, UMR 7261)
Partenaires : UnitĂ© de Recherche de Zoologie Forestière – URZF (INRA), MSH Val de Loire, Centre d’Expertise et de Transfert Universitaire – CETU Innophyt (UniversitĂ© de Tours), Laboratoire de Biologie des Ligneux et des Grandes Cultures – LBLGC (UniversitĂ© d’OrlĂ©ans), Arbocentre (45),  SADED (37), Paraxylocentre (37), Entreprise Louis CHARPENET (58), Chasles Expertise (37), FĂ©dĂ©ration RĂ©gionale de DĂ©fense contre les Organismes Nuisibles du Centre – FREDON (45)

Dans ce projet, une cartographie précise des populations de termites en région Centre sera établie à partir d’enquêtes et de méthodes d’analyses utilisant la biologie moléculaire et les modèles mathématiques. Cet état des lieux contribuera à expliquer les modes et voies de contamination de ces populations, leur nombre et leurs liens. Il permettra de prévoir l’impact de l’urbanisation, des transports, et du changement climatique, sur les infestations à venir. Un réseau de surveillance régional unique en France sera créé, des moyens de gestion adaptés pour limiter et contrôler durablement ces populations seront envisagés, en prenant en compte l’environnement, des formations pour les agents municipaux seront organisées ainsi que différentes rencontres départementales et régionales d’information sur ce problème.

La MSH est associĂ©e Ă  des spĂ©cialistes de la biologie des termites pour analyser la rĂ©partition gĂ©ographique des espaces infestĂ©s afin de comprendre les facteurs spatiaux de leur diffusion en rĂ©gion Centre-Val de Loire. La MSH encadre trois Ă©tudiantes stagiaires pour l’application des mĂ©thodes d’analyse spatiale et de crĂ©ation d’une aire favorable au dĂ©veloppement de cet insecte. Cette aire favorable Ă©tait destinĂ©e Ă  alimenter un modèle biologique simulant l’expansion spatiale Ă  venir.

Publications :
Dominique Andrieu, Elfie Perdereau, Christelle Robinet, Christelle Suppo, Simon Dupont, et al.. Subterranean termites in the Centre-Val de Loire region: distribution patterns and invasion risks. Cybergeo : Revue européenne de géographie / European journal of geography, UMR 8504 Géographie-cités, 2017

Suppo, Christelle, Robinet, Christelle, Perdereau, Elfie, Andrieu, Dominique, Bagnères, Anne-Geneviève, 2018. Potential spread of the invasive North American termite, Reticulitermes flavipes, and the impact of climate warming. Biological Invasions 20, 905–922