Séminaire MSH 2014-2015 : Pratiques numériques en SHS

Séminaire organisé par l’Atelier Numérique de la MSH Val de Loire de novembre 2014 à avril 2015.

Dates  :  du 10 Octobre 2014 au 24 Octobre 2014

Lieu : Tours et Orléans

L’Atelier Numérique de la MSH Val de Loire et les équipes membres ont poursuivi le séminaire « Pratiques numériques en SHS » pour l’année 2014-2015.

Ce séminaire est conçu comme un lieu de réflexion et de confrontation des pratiques et des analyses afin d’établir, en liaison avec les grands programmes internationaux, un espace de questionnement sur les normes et les usages, de la conservation patrimoniale aux outils de traitement automatique.

Les sessions du séminaire ont lieu le deuxième jeudi de chaque mois de novembre 2014 à avril 2015, de 14h00 à 17h00, en simultané à Tours (MSH Val de Loire) et Orléans (Collegium LLSH).

Télécharger le livret-programme.

Programme :

13/11/2014 – Transcription : de la source à l’établissement du texte

Lauranne BERTRAND (CESR, Tours)
Flora BADIN (LLL, Orléans)
Jorge FINS (MSH Val de Loire)
Layal KANAAN (LLL, Orléans)


Programme

> Les enjeux de la transcription par Jorge FINS (Ingénieur, MSH Val de Loire, USR 3501, Tours)
> La transcription aux Bibliothèques Virtuelles Humanistes par Lauranne BERTRAND (Ingénieur, équipe BVH, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, UMR 7323, Tours)
> La transcription de données orales par Flora BADIN et Layal KANAAN (projet ESLO, Laboratoire Ligérien de Linguistique, Orléans, UMR 7270, Orléans)


Vidéos
 

 

 

 

11/12/2014 – Les collaborations de recherche

Emily ROSENFELD (Service Partenariat, Valorisation, Contrats, Université de Tours)
Cécile BOULAIRE (Intru, Tours)
Xavier RODIER (CITERES-LAT, Tours)


Programme

Certains programmes de recherche se réalisent en collaboration avec des partenaires publics, privés ou associatifs. Cependant, toute relation partenariale n’est pas une collaboration de recherche. Cette dernière, encadrée contractuellement, permet la réalisation de travaux communs intéressant les deux partenaires.
Le séminaire sera l’occasion de s’interroger sur les finalités attendues par les partenaires, sur les différents travaux menés par chacun, ainsi que sur les dispositifs à mettre en place ou à améliorer pour mener à bien une collaboration de recherche.
Les collaborations de recherche seront alors définies à travers :
– les principes théoriques et juridiques qui doivent régir une collaboration ;
– ce que n’est pas une collaboration (subvention, prestation) ;
– les pratiques intrinsèques aux collaborations, illustrées par des retours d’expérience de chercheurs :
Projet ANR « La maison Mame à Tours (1796-1975) : deux siècles d’édition pour la jeunesse » – Cécile BOULAIRE (Intru – EA 6301),
Appels à Projets de Recherche (APR), contrats de prestations et collaborations de réseaux – Xavier RODIER (CITERES – UMR 7324).


Vidéos
08/01/2015 – Les modèles spatiaux en SHS

Nicolas DEBARSY (LEO, Orléans)
Kamal SERRHINI (CITERES, Tours)

Programme

Prévoir l’évacuation par le réseau routier de la population en cas de risque d’inondation, comprendre l’attractivité d’une ville ou d’un centre commercial sur un territoire sont autant de recherches utilisant des modèles conçus à l’origine en physique ou en mathématiques et qui intéressent de plus en plus la communauté scientifique en sciences humaines et sociales. Le plus connu d’entre eux, la gravitation de Newton, est par exemple couramment employé en géographie.

Ce séminaire présente quelques applications de ces outils des sciences dites « dures » transposées en sciences humaines et sociales. En géographie, la distance entre des individus est un facteur important de la modélisation. En économie, elle s’intéresse à l’analyse des interactions entre les agents que sont les individus, les firmes, les régions ou les pays.
la manière dont ces interactions sont prises en compte dans un modèle économique ainsi que leur visualisation et interprétation via différents exemples.


Vidéos

Vidéo – Interaction spatiale par Kamal SERRHINI

Présentation – Modélisation des interactions économétriques par Nicolas DEBARSY

Vidéo – Modélisation de l’évacuation de la population en cas d’inondation

12/02/2015 – Improvisation musicale

Dialogue entre les sciences sociales et techniques de production audiovisuelle.
Caroline CANCE et Gilles CLOISEAU (LLL, Orléans)


Programme

Intervenant(s):
Caroline CANCE, Laboratoire Ligérien de Linguistique (LLL, Orléans)
Gilles CLOISEAU, Laboratoire Ligérien de Linguistique (LLL, Orléans)

La séance est consacrée à la présentation d’une ethnographie au sein de la scène d’improvisation libre de New York, ville qui a joué un rôle majeur dans le développement de cette pratique depuis l’émergence du free jazz dans les années 60 et du noise dans les années 80. Il s’agit d’une étude collaborative entre une réalisatrice d’enregistrements et chercheure en sciences sociales à la New School for Social Research à New York (Amandine Pras) et deux linguistes du LLL d’Orléans spécialisés en linguistique cognitive (Caroline Cance) et en prosodie cognitive (Gilles Cloiseau).
Cette étude combine des entretiens individuels, des séances de studio, des enregistrements de concert ainsi que des séances d’écoute avec douze musiciens de renommée internationale, issus de divers milieux culturels et antécédents musicaux mais appartenant tous à la « scène new-yorkaise ».
Après une présentation générale du projet, on s’intéressera plus particulièrement aux différentes méthodologies de collecte et d’analyse linguistique ainsi qu’aux techniques de prise de son/vue, de montage/mixage et de transcription des entretiens. Nous expliquerons comment nous avons sélectionné ces techniques pour répondre aux exigences de qualité à la fois scientifique et artistique du projet.
Les analyses linguistiques menées visent à identifier dans le discours une conceptualisation à la fois collective et individuelle de l’improvisation, à travers la mise en lumière d’un faisceau cohérent d’indicateurs lexicaux, sémantiques, rythmiques et prosodiques qui font écho et révèlent l’acte d’improvisation lui-même.
Nous illustrerons nos propos par quelques exemples mêlant montage audiovisuel, mixage audio et analyse linguistique. A travers ces exemples il s’agira de mettre l’accent sur la nécessité d’une construction symbiotique des données d’une part linguistiques et anthropologiques (incluant le mode de questionnement, la qualité d’enregistrement, le type de transcription, le niveau d’analyse) et d’autre part musicales et audiovisuelles (incluant le type d’ensemble, de setup et de postproduction) pour documenter et analyser la pratique d’improvisation libre dans des conditions les plus proches possibles des conditions habituelles de cette pratique.

Amandine PRAS du collègue de la New York School of Research est à l’initiative et à la tête de ce projet.


Vidéos
12/03/2015 – Les e-books

Bruno BOISSAVIT et Anne SLOMOVICI (SCD de l’université de Tours)
Samuel LETURCQ et Mickaël ROBERT (PUFR, Tours)

Programme

> Le livre numérique dans les collections du SCD de l’université François-Rabelais: les modèles économiques, l’open access, les métadonnées, les formats, les usages et le rôle des bibliothèques dans la diffusion des e-books par Bruno BOISSAVIT et Anne SLOMOVICI (Service Commun de Documentation de l’université François-Rabelais de Tours).
> La production des e-books aux Presses universitaires François-Rabelais (PUFR) par Samuel LETURCQ et Mickaël ROBERT (Presses universitaires François-Rabelais).


Vidéos
 

 

09/04/2015 – La numérisation des manuscrits médiévaux

….et les Digital Humanities
Cyril MASSET, Véronique TREMAULT et Gilles KAGAN (IRHT, Orléans)


Programme

Intervenant(s):
Gilles KAGAN, responsable du services images à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-UPR 841)
Cyril MASSET, responsable du Pôle numérique et responsable du service Développement et interopérabilité à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-UPR 841)
Véronique TREMAULT, chargée de mission auprès des bibliothèques à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT-UPR 841)
L’exposé porte sur :

Une présentation des programmes de reproduction des manuscrits médiévaux des bibliothèques de France et sur les ressources électroniques que l’IRHT met à disposition de la communauté scientifique et d’un large public (la base Medium qui réunit plus de 63000 reproductions intégrales de manuscrits provenant des bibliothèques françaises et du monde entier, la Bibliothèque Virtuelle des Manuscrits Médiévaux, les bases scientifiques comme Jonas, Initiale ou Pinakes).
Les partenariats institutionnels mis en place pour la réalisation de ces programmes et les modes organisationnels de l’unité (présentation des composantes du Pôle numérique de l’IRHT).
Les techniques de numérisation utilisées pour reproduire ces sources anciennes (manuscrits, incunables, imprimés, etc.) et la dématérialisation des microfilms, les modes opératoires ainsi que les protocoles liés aux traitements des images et des métadonnées en vue de les rendre accessibles sur le web.

La base de données MEDIUM (une des premières créées à l’IRHT et la première qui y a été mise en ligne) est un répertoire des manuscrits destiné à faciliter le libre accès à toutes ces ressources. Conformément à l’option qui privilégie aujourd’hui l’interopérabilité, MEDIUM a évolué pour devenir pivot d’un ensemble de bases de données scientifiques en lien les unes avec les autres.

La mise en place de ces systèmes d’informations vers le web de données est une politique très forte de l’unité qui n’aurait pu voir le jour sans le concours des ingénieurs et développeurs du Pôle numérique de l’IRHT. L’utilisation de ces nouvelles technologies et la mise en place d’un cluster de données en collaboration avec l’équipex Biblissima offrent pour la communauté scientifique des médiévistes un cadre innovant, ouvert sur l’extérieur dans lequel chercheurs et ITA travaillent en complémentarité et en réseau (programme européen COST).


Vidéos