Participation et pouvoir d’agir des classes populaires

Porteur de projet :
Héloïse NEZ, TERRitoires, Environnement et Sociétés (CITERES) – UMR 7324

Partenaires :
Val de Loire Recherche en Management (VALLOREM) – EA 6296
Centre d’Études pour le Développement des Territoires et l’Environnement (CEDETE) – EA 1210
Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC) – UMR 8177
Laboratoire Architecture Ville Urbanisme Environnement (LAVUE) – UMR 7218
Centre de Recherches Individus, Épreuves, Sociétés (CERIES) – EA 3589
Centre d’Études et de Recherche Administratives, Politiques et Sociales (CERAPS) – UMR 8026
Fédération des Centres sociaux de la Région Centre-Val de Loire

Année de l’Appel à projet :
2017

Les recherches sur la participation des citoyens dans les politiques publiques se sont multipliées depuis une décennie. Elles soulignent l’incapacité des dispositifs existants, comme les conseils de quartier, à mobiliser les jeunes, les femmes et les personnes issues des classes populaires et/ou de l’immigration. Peu de chercheurs se sont intéressés dans ce cadre aux centres sociaux, où ces catégories de la population s’investissent pourtant de manière quotidienne.
Depuis 2013, renouant avec son projet historique d’éducation populaire, la Fédération des centres sociaux et socioculturels de France a fait du développement du pouvoir d’agir l’une de ses priorités. Elle rejoint ainsi de nouvelles initiatives de participation comme les conseils citoyens, issus du rapport Bacqué/Mechmarche sur la politique de la ville. Ce projet regroupant des sociologues, des géographes, des anthropologues, des urbanistes et des politistes vise à initier une recherche interdisciplinaire sur l’empowerment au sein des centres sociaux et des conseils citoyens, en s’intéressant tant à la reconfiguration du rôle des professionnels de l’intervention sociale qu’aux trajectoires des habitants des quartiers populaires. L’objectif, en lien avec l’axe « Ville et études urbaines » de la MSH Val de Loire et par le biais de partenariats entre les équipes de Tours, d’Orléans et d’autres MSH, est de mener une enquête exploratoire en région Centre-Val de Loire et de coordonner une équipe à l’échelle nationale.

Projet financé à hauteur de 5 000 €.